banner

Nouvelles

May 18, 2023

Publication des résultats de l'évaluation des dangers et des risques liés à l'aspartame

Les évaluations des impacts sur la santé de l'aspartame, un édulcorant sans sucre, sont publiées aujourd'hui par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Comité mixte d'experts sur les additifs alimentaires de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ( JECFA). Citant des « preuves limitées » de cancérogénicité chez l’homme, le CIRC a classé l’aspartame comme potentiellement cancérigène pour l’homme (groupe 2B du CIRC) et le JECFA a réaffirmé la dose journalière acceptable de 40 mg/kg de poids corporel.

L'aspartame est un édulcorant artificiel (chimique) largement utilisé dans divers produits alimentaires et boissons depuis les années 1980, notamment les boissons diététiques, le chewing-gum, la gélatine, la crème glacée, les produits laitiers tels que le yaourt, les céréales pour petit-déjeuner, le dentifrice et les médicaments tels que les pastilles contre la toux et les produits à croquer. vitamines.

« Le cancer est l’une des principales causes de décès dans le monde. Chaque année, 1 personne sur 6 meurt du cancer. La science se développe continuellement pour évaluer les facteurs déclencheurs ou facilitants possibles du cancer, dans l’espoir de réduire ces chiffres et le bilan humain », a déclaré le Dr Francesco Branca, directeur du Département de nutrition et de sécurité alimentaire de l’OMS. "Les évaluations de l'aspartame ont indiqué que, bien que la sécurité ne soit pas une préoccupation majeure aux doses couramment utilisées, des effets potentiels ont été décrits et doivent être étudiés par des études plus nombreuses et de meilleure qualité."

Les deux organismes ont mené des examens indépendants mais complémentaires pour évaluer le risque cancérigène potentiel et d'autres risques pour la santé associés à la consommation d'aspartame. C'était la première fois que le CIRC évaluait l'aspartame et la troisième fois pour le JECFA.

Après avoir examiné la littérature scientifique disponible, les deux évaluations ont noté des limites dans les preuves disponibles sur le cancer (et d'autres effets sur la santé).

Le CIRC a classé l'aspartame comme potentiellement cancérogène pour l'homme (groupe 2B) sur la base de preuves limitées de cancer chez l'homme (en particulier pour le carcinome hépatocellulaire, qui est un type de cancer du foie). Il y avait également des preuves limitées de cancer chez les animaux de laboratoire et des preuves limitées liées aux mécanismes possibles à l'origine du cancer.

Le JECFA a conclu que les données évaluées n’indiquaient aucune raison suffisante pour modifier la dose journalière acceptable (DJA) précédemment établie de 0 à 40 mg/kg de poids corporel pour l’aspartame. Le comité a donc réaffirmé qu'il est sécuritaire pour une personne de consommer dans cette limite par jour. Par exemple, avec une canette de boisson gazeuse diététique contenant 200 ou 300 mg d’aspartame, un adulte pesant 70 kg devrait consommer plus de 9 à 14 canettes par jour pour dépasser l’apport journalier acceptable, en supposant qu’il n’y ait aucun autre apport provenant d’autres sources alimentaires.

L'identification des dangers par le CIRC constitue la première étape fondamentale pour comprendre la cancérogénicité d'un agent en identifiant ses propriétés spécifiques et son potentiel nocif, c'est-à-dire le cancer. Les classifications du CIRC reflètent la solidité des preuves scientifiques quant à savoir si un agent peut provoquer le cancer chez l'homme, mais elles ne reflètent pas le risque de développer un cancer à un niveau d'exposition donné. L'évaluation des risques du CIRC prend en compte tous les types d'exposition (par exemple alimentaire, professionnelle). La classification de la force des preuves dans le groupe 2B est le troisième niveau le plus élevé sur 4 niveaux, et elle est généralement utilisée soit lorsqu'il existe des preuves limitées, mais non convaincantes, de cancer chez l'homme, ou des preuves convaincantes de cancer chez les animaux de laboratoire, mais pas les deux.

"Les découvertes de preuves limitées de cancérogénicité chez l'homme et l'animal, et de preuves mécanistiques limitées sur la façon dont la cancérogénicité peut se produire, soulignent la nécessité de recherches supplémentaires pour affiner notre compréhension sur le point de savoir si la consommation d'aspartame présente un risque cancérigène", a déclaré le Dr Mary Schubauer- Berigan du programme Monographies du CIRC.

Les évaluations des risques du JECFA déterminent la probabilité qu'un type spécifique de dommage, à savoir le cancer, se produise dans certaines conditions et niveaux d'exposition. Il n’est pas rare que le JECFA prenne en compte les classifications du CIRC dans ses délibérations.

PARTAGER